Shibari : guide explicatif

Vous êtes en quête d’un moyen pour pimenter vos ébats sexuels ? Si vous avez marre d’utiliser ces fameux objets coquins (sextoys), pourquoi ne pas essayer le shibari ? C’est une autre manière de faire l’amour. Le principe repose sur l’utilisation des cordes…

Le shiberi : c’est quoi au juste ?

Le shibari est une technique qui a trouvé son origine au Japon. Cette pratique sexuelle libertine est devenue de plus en plus courante en France et partout dans le monde. L’idée est d’attacher et de suspendre une personne à l’aide d’une corde. L’objectif ? Raviver le désir ou explorer de nouvelle zone pour augmenter le plaisir.

Le shibari est source de plaisir sadomasochiste, car il est à la fois source de plaisir et de douleurs. En effet, la technique allie soumission et douleur physique provoquée par les cordes. Les deux sont liés et peuvent amener le sujet à un plaisir plus intense. Pour plus d’informations, rendez-vous sur  fr.lebisou.com

Comment pratiquer le shibari ?

Il faudrait deux personnes pour la pratique du shibari. La première sera attachée à l’aide d’une corde et se laissera de plein gré entre les mains de son partenaire. Certains mouvements sont entravés pendant le rapport sexuel jusqu’à l’orgasme. D’ailleurs, il faut noter qu’il n’est pas nécessaire de ficeler l’autre de la tête aux pieds. Non ! Il suffit d’attacher les mains et les pieds et de bander les yeux. Puis, c’est au couple de décider s’il souhaite entraver certaines parties du corps ou pas.

Le shibari est une forme de domination dont le but est de procurer le plaisir sexuel. De ce fait, un consentement mutuel est indispensable. Même s’il s’agit d’un jeu sadomasochiste, il ne doit pas être un vecteur de souffrance pour les deux parties. Le dominé, tout comme le dominant doit prendre du plaisir. En tout cas, cette forme de bondage est une source de jouissance extrême pour les partenaires.

Pour pimenter le rapport, les sujets peuvent utiliser un ruban, une ficelle, une paire de menottes…

Attention ! C’est un jeu assez dangereux, d’où la nécessité d’écouter attentivement son partenaire tout au long de la pratique. Certaines techniques sont même mortelles et sont déconseillées. De plus, si les liens sont trop serrés ou sont placés au mauvais endroit, cela peut entraîner des douleurs, bloquer la respiration et même l’afflux du sang. Il y aura alors un risque d’étranglement.

Quelles sont les règles de sécurité ?

Puisqu’on parle ici d’un jeu dangereux, il faudrait prendre quelques précautions. Tout d’abord, essayez de définir ensemble un code qui permet de connaitre si son partenaire se trouve dans un point d’inconfort ou s’il a un malaise. C’est essentiel pour sa sécurité. Ensuite, il faut éviter certaines zones, notamment le cou, l’aine et les aisselles. Préférez plutôt les poignets, les chevilles, le pli des coudes et les genoux. Quoi qu’il en soit, il est très important d’être attentif aux signes faits par votre prisonnier ainsi qu’à la couleur et la température de ses membres.

En outre, mettez de côté un ciseau pour couper les cordes rapidement en cas d’urgence. En revanche, évitez les cutters et les lames, car en cas de panique, vous risquez de couper votre partenaire. De même, si vous utilisez un support (chaise, lit, etc.), assurez-vous de sa solidité ! Enfin, employez des accessoires érotiques dédiés au shibari tels que les bracelets de poignet, les bracelets de cheville ou le rouleau de bande auto-adhésive.